Accueil » Druidisme et actualités de l’ODD » Évocations des cérémonies

Catégorie : Évocations des cérémonies

Préparer et vivre le Solstice d’Hiver : quelques symboles et coutumes païens

Alors que s’approchent le Solstice d’Hiver et ses célébrations, tant sacrées que profanes, il est intéressant de considérer quelques symboles forts qui ont été récupérés, et ont vu leur sens profond déformé, par la communauté chrétienne d’abord, et la société de consommation ensuite…

Ces symboles viendront nourrir avec profit la préparation de tous les aspects profanes des cérémonies.

Les lumières et bougies

solstice d'hiver et lumière de bougie

Ce sont les symboles les plus évidents de l’hommage rendu à la lumière de Belenos qui persiste au cœur de l’hiver malgré le raccourcissement des jours.

Les bougies de cire d’abeille, avec leur belle couleur jaune et leur odeur parfumée, sont bien sûr les complices de cette période les plus agréables pour les sens. Mais les bougies plus classiques, grandes et petites, et les sources plus modernes de lumière, comme les guirlandes lumineuses, sont tout aussi à même de participer à l’esprit du Solstice.

Voici un exemple de pratique symbolique à mettre en œuvre dans les foyers la nuit du Solstice d’Hiver, simple et basée sur le sens profond de ce moment fort de l’année solaire. Il ne s’agit pas ici d’invoquer la divinité, ce qui relève de la responsabilité des sacerdotes au sein des cercles sacrés, mais bien d’une pratique familiale relevant du « religieux profane » et venant nourrir la vie de la communauté en marge des cérémonies sacrées.

Prévoir une bougie pour chaque membre de la maisonnée, et une pour Belenos. Au coucher du soleil, saluer le dernier regard de Belenos avant la nuit la plus longue, et allumer la bougie qui lui est dédiée. La disposer dans un endroit « caché », d’où on ne puisse pas voir sa luminosité. Cela peut être par exemple au sein d’un autel dédié exprès à pour Belenos à l’occasion du Solstice. Puis, une fois la nuit bien noire, éteindre toutes les sources de lumière (y compris le feu du foyer), méditer ensemble sur cette apogée de la saison sombre, accueillir l’obscurité nécessaire, douce et bienveillante. Et au bout d’un moment, au sein de cette nuit profonde, aller chercher et découvrir la lueur de Belenos, révéler à tous comment elle demeure vivace au cœur de l’hiver, bien qu’affaiblie, amoindrie. Prendre le temps de la chercher en soi, en son propre cœur, prendre conscience de la « graine d’or » qui demeure toujours, inaltérable, au fond du chaudron sombre de l’hiver. Honorer Belenos, le remercier pour ce présent et faire offrande, avec simplicité et humilité. Et enfin, grâce à cette lueur chaude et vive, rallumer d’abord le feu du foyer, puis la bougie de chaque membre de la maisonnée, bougie qu’il pourra garder à ses côtés tout au long de la soirée de fête, pour éclairer la table, puis pour illuminer doucement la maison jusqu’au lever de Belenos. Il sera alors temps d’honorer à nouveau la glorieuse radiance de cet Aîné, qui va désormais aller grandissant jusqu’au Solstice d’Été.

La célébration de l’arbre toujours vert

solstice d'hiver - houx

 

Symboles d’espoir de la végétation qui demeure vivace alors même que les autres végétaux perdent leurs feuilles, les arbres à feuillage persistant (tels que sapins, pins, houx, ifs…) ont à ce titre une place particulière dans la décoration et les pratiques profanes du Solstice d’Hiver.
Néanmoins, le respect dû à ces êtres comme à tous les autres fait qu’il n’est pas juste de les couper pour le simple plaisir de décorer nos intérieurs.
Si l’on souhaite les honorer pour l’espoir que leur feuillage vert nous inspire, le mieux est d’aller leur rendre visite et les décorer dans leur milieu naturel (avec des éléments biodégradables et non durables, bien sûr). Si l’on veut en avoir un près de son foyer, le mieux est alors de le planter dans son jardin (dans ce cas on peut utiliser des décorations classiques).
Par ailleurs, en remplacement ou en complément de ce qui vient d’être évoqué, si l’on souhaite associer ce symbole à l’embellissement de son foyer à cette période, le plus juste est d’utiliser un substitut artificiel (même si cela part d’une bonne intention, les résineux en pot ne survivent pas en général à plusieurs semaines dans un environnement chauffé en intérieur). Dans ce domaine, il existe une très grande variété de produits dans le commerce, qui ont l’avantage d’être durables et réutilisables si l’on en prend soin, ou de projets à mettre en œuvre (feuilles de houx en feutre sur la table, sapin en carton…).

La bûche

solstice-hiver-bûche-tradition-druidique

Le bois que l’on partage avec ceux qui en manquent pour nourrir le feu de leur foyer au cœur de l’hiver est un symbole fort de solidarité : chaleur et lumière en devenir offerts avec générosité, d’abord par les êtres végétaux désincarnés, ensuite par les membres de la communauté qui en ont fait provision.

Il est bon de se souvenir de ce sens premier du symbolisme de la bûche du Solstice d’Hiver lorsque l’on prépare un dessert qui en a la forme ou que l’on décore de vraies bûches ou branches pour orner la table, offrir à ses proches, ou encore placer autour du feu communautaire ou amener en offrande à Belenos lors de la célébration sacrée menée par les sacerdotes.

Respect du monde végétal

De manière générale, il est bon de se rappeler que prélever des éléments végétaux sur les plantes vives doit se faire avec parcimonie et en conscience : la coupe des extrémités des branches ou des fleurs ne mettra pas en danger la vie de la plante, mais ne dispense pas d’une demande respectueuse et de remerciements sincères. Dans l’absolu, si l’on souhaite enrichir d’éléments naturels la décoration de son foyer, il est plus juste de s’en tenir aux feuilles, branches et fruits naturellement tombés à terre, ou alors de solliciter l’approbation des Aînés maîtres du monde végétal : Aesus et Airmid, par l’intermédiaire des sacerdotes (Ovates ou Prêtres).

barre-awen-tribann-odd

Retour sur Lughia de la Roue 4

Lughia est la fête de l’état de mort et donc de la Culture.
Après l’hommage solennel à Talantia, Gardienne des Équilibres, les personnes au sein du cercle pratiquants des arts et des techniques se regroupent pour faire vibrer l’Appel à Lugh des Artisans. Prière fervente, communion. Puis voici que le jeune Dieu à la lance de lumière s’exprime et fait l’honneur de sa présence.

L’esprit de Lugh inspire les Arts et Techniques aux artistes comme aux artisans. Ceux-ci présentent leurs outils fétiches au Dieu lors de la cérémonie…

On voit différents outils des Artisans qui se sont retrouvés pour fêter Lughia : pelote de laine filée main, tricotin, pierre peinte, ciseaux à bois, tournevis électrique, plumes à dessin...
Variété des outils et des artisanats : pelote de laine filée main, tricotin crochet et tricot des amoureuses du fil, pierre peinte, ciseaux à bois et plumes à dessin de l’artiste qui aime laisser sa trace, tournevis testeur de l’électricien… Et pour synthétiser l’esprit du jour : le symbole de Lugh sur fond rouge de la Voie des Gardiens.

De la reliance de ce temps sacré de Lughia, un message ressort clairement : Lugh et Talantia, main dans la main, s’associent pour rappeler que l’épanouissement de la Culture peut se faire en harmonie avec le respect de la Nature. Il ne s’agit pas tant de stigmatiser ou ignorer les avancées de la Science et des Techniques que d’user avec sagesse des avancées qu’elles permettent… Sur ce chemin, l’entièreté et la juste mise en œuvre du libre-arbitre sont les clefs pour l’avenir.

Enfin l’esprit de la Voie Rouge est honoré par les pensées et paroles ferventes des participants tournés vers la fougueuse Morrigan : l’espoir demeure, bientôt assurément viendra son heure…

En lire plus sur la fête de l’état de mort.

Retour sur l’entrée dans la Saison Sombre de la Roue 4

Au portes de la Saison Sombre : l’Équinoxe d’Automne. La journée de cette célébration saisonnière fut une période humide et douce, brumeuse, effectuée en petit comité, avec des invités venus de tous horizons. Les lieux ont vibré au rythme d’une délicate célébration du feu céleste de notre étoile. Retour sur cette cérémonie de la Roue 4 avec des photos inédites de la photographe Sandrine Cardon, venue faire un reportage pour l’occasion. Par Yavanna.

Saison sombre : nous voyons 4 personnes dont un sacerdote dans les bois en cercle autour d'un foyer dont le feu n'est pas encore allumé.
Photo de Sandrine Cardon, soumise à droits d’auteur. Avec l’aimable autorisation de la photographe.

Au cœur des bois de Neved, hommes et femmes se retrouvent pour célébrer le passage vers la saison sombre.
Fraicheur des bois et brume inspiratrice transportent l’esprit de chacun vers la paix nécessaire à l’introspection en ces temps de bilans.
L’équilibre de ce temps suspendu trouve son écho dans le recueillement qui marque l’ouverture de la cérémonie.

 

Saison sombre : à gauche une photo où nous voyons un barde, prêtre de l'Ordre, en train d'évoquer devant le feu Belenos, Maître des étoiles. A droite une autre photo montre la Prêtresse du Cornu alimentant le feu de Neved, Tanna, avec du sel.
Photo de Sandrine Cardon, soumise à droits d’auteur. Avec l’aimable autorisation de la photographe.

Voici que s’ouvre le cœur du rituel : Hommage à Belenos, Maïtre des Étoiles.
Le chant du Barde résonnant dans les bois évoque le Dieu solaire,
L’esprit de l’Ovate se tend vers le lumineux Bel et l’invoque dans le cercle sacré,
La Prêtresse du Cornu honore l’Aîné resplendissant par une offrande dans le feu.

 

Saison sombre : on voit deux personnes en fin de cérémonie druidique en train de se faire une embrassade de remerciements.
Photo de Sandrine Cardon, soumise à droits d’auteur. Avec l’aimable autorisation de la photographe.

Comme de coutume, la célébration qui marque l’entrée en saison sombre se clôt par les Vœux sacrés et les embrassades nourries de la joie de la reliance.

Célébrations autour de Dagdia de la Roue 4

Flamboyantes ! Telles pourraient être qualifiées les célébrations druidiques qui ont ouvert le passage vers le Troisième Grand Quartier de la Roue 4. Cérémonies sous le signe du feu, de la chaleur, mais aussi de l’accord et de la reliance entre toutes les personnes présentes et les Divinités qui furent honorées comme il se doit. Revue de souvenirs festifs. Par Taliesin.

Dagdia de la Roue 4

célébrations
Rayons de Belenos sur la Baie d’Ys

Cette Roue, la fête sacerdotale de Dagdia vibre au cœur de l’été. La Baie d’Ys, vue des hauteurs des broioù Neved et Komm, rayonne de lumière. La chaleur plombe le Porzay, mais les bois frais de Neved offrent malgré tout un peu plus d’air et de fraîcheur pour accueillir les célébrants dans le Foyer du Dagda en Neved où a eu lieu la cérémonie de l’Incarnation.

célébrations

Quelques heures auparavant, en début de journée, soit à la nuit tombée, la prêtrise du Cornu a œuvré au nom des Aînés Belenos et Belisama, pour honorer à leur façon coutumière leur puissance et rendre active la polarité de ces feux. Au cœur de la nuit, sous le regard plein et entier de la lune, les feux de Bel ont ensemencé les pierres, qui furent ensuite transportées le jour qui suivit par la Prêtrise jusqu’au Foyer du Dieu Bienveillant.

Sous les chênes protecteurs du Foyer, le feu dédié au Patron des Druides a reçu la glandée de la Roue. Le Dagda a parlé au nom de ses valeurs, au nom des incarnés qui cheminent dans la Connaissance et qui œuvrent, non pour la gloire de leur ego, mais bien pour l’intelligence du cœur et de l’esprit. Puis un temps d’honneur fut accordé à la douce Mélia qui protège les accompagnants, ces hommes et ces femmes qui incarnent en ce monde la bienveillance et l’écoute fécondantes. Le Dagda a alors ouvert son espace dédié, son Foyer, aux autres divinités qui, comme au cours d’un banquet, ont pu recevoir ce qui leur est dû : offrandes, hommages, paroles et plus encore…

Dagdia : fête de l’Amour et temps d’honneur dans la Beauté et l’ouverture du cœur à Aliya, Maitresse de toutes les attractions !
Dagdia : temps de marche active, temps de ceux qui foulent en conscience la Terre et incarnent leur évolution pleine et entière, dans le sens de ce qui est juste. C’est ainsi que l’exprime le Grand Altos, Maitre de l’espace et des Chemins, Aîné parmi les Aînés.
Dadgia : temps d’incarnation exaltée dans l’ivresse et la sexualité, énergie soutenue par le Grand Cornu qui danse et gronde autour des flammes de vie et bénit les trois chaudrons des mammifères humains.
Dagdia : temps d’honneurs à Ahès qui rappelle que l’Autre Monde se sacrifie pour que l’incarnation soit possible, mais aussi Celle qui protège le noyau familial et peut en garantir la continuité.
Dagdia : temps de rencontre du masculin et du féminin, sans lien qui entrave, mais avec la complémentarité, mouvement créateur traduit en une danse réharmonisante entre les deux feux de Bel.

Fête de Dahut et honneurs à Belisama

Dagdia tombe toujours une pleine lune. La fête de Dahut également. Or cette Roue 4, il se trouve que les fêtes de Dagdia et de Dahut coïncident.

Honneurs à Belisama

célébrations

Au moment du coucher du soleil sur la presqu’ïle de Crozon et du lever de la lune au-dessus de la Montagne de Locronan, quelques invités, membres et sacerdotes se sont rassemblés sur l’échine du Dragon pour assister à ce bel événement. Moment propice pour ouvrir la tombée de la nuit avec une cérémonie dédiée à la Déesse des Cycles et des Lunes : Belisama la Grande, Belisama la Rayonnante que nous avons honoré dans le vent frais du soir, comme il se doit, et comme à chaque pleine lune.

Honneurs à Dahut

Quand, en AelYs, le vent souffle du large, toujours remonte le chant d’Ys des profondeurs.

célébrations

La Prêtrise de Dahut a ce soir-là officié au nom de la Déesse Souveraine, accueillant les offrandes et les présents de chacun et parfois leurs paroles et l’ouverture de leur cœur. La Déesse a alors accordé sa bénédiction par l’Eau des Étoiles à ceux qui le souhaitaient, instants de douce intimité et comme une retrouvaille pour certains entre eux et la Déesse.

célébrations

Évocation du Solstice d’Été de la Roue 4

Évocation d’une cérémonie druidique en l’honneur de Belenos. Quel beau moment que de se réunir autour d’un feu pour célébrer cette fête solaire et se laisser nourrir par les rayons du soleil qui traversent les frondaisons des arbres pour venir frapper nos visages rayonnants. Un moment intense évoqué par Taliesin.

évocation du feu du solstice d'été
Photo : Martine Rembert. Avec son aimable autorisation. Soumise à droits d’auteur.

Braises de vie. Feu qui se consume en nous, dans le monde. Les flammes relient notre intimité d’être au cosmos flamboyant des étoiles.

évocation du feu du solstice d'été
Photo : Martine Rembert. Avec son aimable autorisation. Soumise à droits d’auteur.

Travail du feu, travail de ce qui œuvre en notre forge. La Vie s’extasie et palpite au rythme des pas de la Prêtrise du Cornu qui veille auprès du Tanna.

évocation du mât de belenos
Photo : Martine Rembert. Avec son aimable autorisation. Soumise à droits d’auteur.

En cette journée de joie et d’exaltation, sous ce pic de lumière, des femmes, des hommes, des enfants se sont retrouvés en la clairière druidique polycultuelle du Tertre de Neved pour honorer l’Aîné Maître du Soleil et des Étoiles, créateur et destructeur des Mondes.

évocation des rubans du solstice
Photo : Martine Rembert. Avec son aimable autorisation. Soumise à droits d’auteur.

Avant de sauter par dessus le feu et de boire le chouchenn ragaillardissant comme le veut la Tradition à cette période de l’année solaire, les invités et habitués ont pu accrocher leur ruban pour venir compléter la couronne solaire déjà bien fournie, couronne glorieuse, bénie par le grand Belenos en fin de rituel.

évocation de l'ovate et du mât en l'honneur de Belenos

Cérémonies du Panthéon du Monde Vivant

Pleine Lune du serpent. Une journée intense, riche de rencontres humaines, sous le regard de Belisama pour honorer le Panthéon du Monde Vivant en ce début de Saison Claire. Hommages à Airmid, un des Maîtres du monde végétal et Kernunos, Maître du monde animal. Retour sur ces instants très beaux et très forts. Par Yavanna.

Cérémonie du Monde Vivant en l’honneur d’Airmid

Être seul humain dans un univers intensément peuplé d’êtres animés d’une autre sensibilité et vivant sur un autre rythme, telle est la posture du sacerdote qui attend avec patience dans le cercle pour préparer la cérémonie. Douce pluie qui vient commencer à nourrir l’espace du cercle, comme une offrande venue du ciel, complicité de Taranis…

Monde vivant Cérémonie dédiée à Airmid

Arrivent les invités, et après les prières d’usage qui leur rappellent les valeurs qui soudent les druidisants, vient le temps de l’appel de la Déesse Airmid et des offrandes. En écho à la pluie, les offrandes d’eau de pluie sont accueillies en premier, puis viennent les eaux de sources, riches de leur passage sous la terre et de la mémoire des pagus dont elles sont issues. Ensuite les plantes séchées de l’année passée, dont toute l’eau vitale s’est évaporée, sont rendues à la terre pour venir enrichir l’humus nourricier. Enfin les graines vivantes sont confiées à la terre pour honorer la force vitale végétale dans laquelle Airmid s’incarne.

Monde vivant Cérémonie dédiée à Airmid

Après les offrandes, vient le présent d’Airmid : grâce au sacrifice de quelques bourgeons d’une plante se tenant dans le cercle, elle guide chacun dans une méditation sur la force vitale, l’élan du bourgeonnement qui fait du monde végétal un maître possible pour le règne animal dans la reconnexion à ses ressources intérieures.

Sentir dans le minuscule concentré de feuilles en puissance toute la puissance de la sève qui pousse à l’émergence de la vie, aussi intense qu’un accouchement…

Monde Vivant - bourgeonnement

 

Cérémonie du Monde Vivant en l’honneur du Cornu

Après un repas sous l’égide du vin et de la viande, investir un autre lieu pour honorer l’autre facette du Panthéon de la Vie : le Maître du règne animal, Kernunos. Spirale autour du feu à venir, concentration de forces contenues, offrandes d’ivresse au Cornu et en retour, Bénédictions des Chaudrons par le Prêtre pour ceux qui en ont besoin.

Le Feu s’anime au cœur du cercle, au creux du ventre des hommes et enfin c’est l’explosion !

Monde vivant Cérémonie dédiée à Cernunnos

Explosion de Vie, cris et danse des pas sur la terre : le Serpent guide les animaux que nous sommes dans l’expression de cet élan vital et instinctif que nous oublions trop souvent…

Monde vivant Cérémonie dédiée à Cernunnos

 

Évocation de Brigia de la Roue 4

La roue tourne. Voici que Brigia est entré en saison claire. Les feux blancs de Belenos, sous l’égide du renouveau printanier, ont fait vibrer le sens de cette fête de la Vie au cœur du pays de Neved. Retour sur cette cérémonie à la fois douce et puissante. Par Taliesin.

Brigia roue 4

Premier jour du deuxième grand quartier de la Roue 4. Premier quartier de lune. Fraîcheur des sous-bois marqués de l’ombre. Douceur de la mousse qui tapisse de vert et d’or les alentours. En le foyer de Brigantia, sous les feux de l’Aîné rayonnant, la lumière a guidé pas, chants et paroles de ceux qui se sont rassemblés pour honorer la Déesse Patronne des Bardes et se mettre au diapason de la Vie.

Brigia roue 4 goutte d'argent
Joncs par l’ovate consciencieusement ramassés au bord de la fontaine du bro Neved. Joncs finement entrelacés de mains qui ont appris à tisser leur talisman bénis par la douce Brigantia en cette journée de fête de la Vie.

Brigia Croix de Brigantia

 

Brigia roue 4 croix de brigantia
Photo de Martine Rembert. Avec son aimable autorisation. Soumise à droits d’auteur.

Puis vient le périple sur la crête du Mont jusqu’au foyer de douceur de Brigantia. Accueil du Barde qui préside à la cérémonie et résonance de l’instant sacré sous le grand manteau protecteur de la Gardienne de la Puissance Créatrice.

Brigia Barde en cérémonie
Photo de Martine Rembert. Avec son aimable autorisation. Soumise à droits d’auteur.

Et marche et œuvre le Barde qui brûle le Temps Ancien et les croix de la Roue précédente. Voici que le faucon s’envole et voit : le passé est mort, le présent prend racine, l’avenir entre en gloire.

Feu de Brigia roue 4

Et chante le Barde, qui fait vibrer les cordes invoquant sa Déesse patronne ! Sa voix monte haut et s’entrelace à celle de l’Ovate en charge qui accueille la Déesse et en reçoit le doux manteau.
Dans la vasque, l’eau de Neved se mêle à l’eau d’AelYs dans le grand miroir lustral de Brigantia. Puis l’eau purificatrice et le feu créateur nourris de la lumière de Brigia recouvrent alors les croix du renouveau, ensemencent le destin des êtres présents en ces lieux. Tout se lave, tout vibre, tout s’accomplit au nom de la Puissance Créatrice qui se meut en chacun d’eux.

Brigia - barde à la lyre
Photo de Martine Rembert. Avec son aimable autorisation. Soumise à droits d’auteur. Lyre fabriquée par l’Atelier Skald.

Dans l’après-midi qui suivit cette célébration, après un repas copieux, tous se rassemblèrent autour de la prêtrise de Dahut qui fit descendre la lumière de Belenos sur l’eau d’AelYs afin d’accorder aux membres présents la bénédiction de la Déesse souveraine.

Lire le message de Brigantia.

Inspiration de la première Éclipse lunaire de la Roue 4

Appel de la danse sur l’échine du Dragon,
Accueil aimable dans la lueur des rayons,
Puis vient l’urgence qui rétrécit le temps,
La main qui serre, le cri des Aimants.

La main guide les invités en spirale,
Aliya attire l’Être dans la danse infernale,
Celle qui se donne soudain s’envole,
Gigue des Bel-Aimants et cabrioles.

Peinture numérique et photomontage par Taliesin. L’éclipse lunaire était visible dans l’hémisphère sud.

Fumée légère,
Message d’air,
Souffle puissant,
Message rugissant.

L’œil du foudroyé nous scrute,
De la Baie arrive la pluie brute,
Fine grêle fouette les joues,
L’Ovate s’agrippe à la proue.

Vaisseau de l’éclipse dans la tempête,
Nous secoue des pieds à la tête,
Et nous dépose au pied de l’eau,
Devant la fontaine dans son enclos…

Fêtes d’Omnia Roues 3/4 et du 1er Solstice d’Hiver Roue 4

Une période de fêtes druidiques est un moment vécu de manière très forte par ceux portés par leur foi et ceux en quête de reliance et de sens. L’instant qu’a constitué le passage de la Roue 3 à la Roue 4 a été exceptionnellement intense et d’une qualité très sombre, car Omnia a été au plus près du Solstice d’Hiver, dont la célébration a ouvert la Roue 4. Retour sur ces moments de reliance et de fête. Par Yavanna.

Fête des Ovates

Échanges feutrés au cœur de l’intimité du Bosquet des Ovates, discussion au pied d’un if accueillant, hommage rendu à Sucellos et Maïwena. Cette Roue la fête des Ovates fut sous le signe de la simplicité et de l’écoute, terreau fertile de l’humilité indispensable à cette posture sacerdotale…

Bougies Omniales

Une fois tous les préparatifs nécessaires effectués, cercles ouverts et esprits tendus vers la subtile manifestation du sacré, alors fidèles comme invités purent accueillir le Temps Hors Du Temps sur les hauteurs d’AelYs, face à la Baie comme à la Terre des hommes.


Et là furent allumées les bougies omniales qui accompagnèrent chacun tout au long de ce Temps hors du calendrier jusqu’à la cérémonie de Lune Noire…

Lune Noire

Apaisement du froid autour du feu des hommes,
Ouverture des êtres qui saluent la puissance d’Ogmios,

fête d'Omnia - feu
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Apaisement des relations dans l’hommage aux Ancêtres,
Ouverture des Portes par le marteau du Passeur Sucellos,

Fête d'Omnia
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Apaisement des émotions par la transformation,
Ouvertures des failles au fond du Chaudron.

Fête dans le Temps Hors du Temps
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Fête d’Ahès

Hommage vibrant des vivants à la Maîtresse des Arts Magiques en relation avec l’Autre-Monde et l’état de Mort :

Cris dans la nuit et ronde autour du feu,
Appel de l’Aînée sous les obscurs cieux,

Fête d'Ahès et feu d'Ahès
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Bénédiction de la sombre Dame,
Transformation du feu en magique Flamme,

Fête druidique et dévotion de l'ovate
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Présences multiples, regards attentifs,
Depuis le cœur du cercle jusqu’aux confins de l’if…

Solstice d’Hiver

Saluer le Premier Regard de Belenos et sentir le Temps reprendre sa course avec une nouvelle Roue qui commence…


Honorer le Rayonnant Bel sous la voûte de Neved…

fête druidique - solstice d'hiver
Photo : Elanor P.

Entendre de l’Aîné aux Étoiles l’annonce d’une nouvelle Ère,
Sous le signe énigmatique du Serpentaire…

Pleine Lune du Chaudron

Deuxième Pleine Lune du Grand Quartier 4 de la Roue 3


Cette avant-dernière Pleine Lune de la Roue est aussi appelée Pleine Lune du Chaudron, puisqu’elle correspond au moment où Belisama fixe la Cérémonie du Chaudron, qui ouvre par ailleurs le temps d’Omnia.

Après le coucher de Bel, le Chaudron a ainsi été activé par les sacerdotes concernés, avant que ne se retrouvent ceux qui souhaitaient rendre hommage à Belisama pour se rendre dans son foyer de Neved sous une fine bruine…

Cérémonie intime marquée par le lâcher prise et la complicité, qui se poursuivit par l’enregistrement d’une nouvelle pierre dans l’édifice de l’Ordre Druidique de Dahut, dans l’ambiance calme des bougies et des offrandes parfumées…

Danse et chant dans la douceur


Douceur de l’air comme un cocon
Douceur du regard en une invitation
À entrer en soi, à laisser s’exprimer l’Être
Œil du ciel comme une fenêtre
Vers l’horizon sacré du nom
Chant authentique des tréfonds
Porte la vibration du don
Dansent deux  ailes en canon
Échanges intenses dans l’émotion
D’où naissent les plus belles chansons

Merci à celle qui se reconnaîtra…