Accueil » Druidisme et actualités de l’ODD » Évocations des cérémonies » Fêtes de Belenos » Solstices d'Hiver

Catégorie : Solstices d’Hiver

Préparer et vivre le Solstice d’Hiver : quelques symboles et coutumes païens

Alors que s’approchent le Solstice d’Hiver et ses célébrations, tant sacrées que profanes, il est intéressant de considérer quelques symboles forts qui ont été récupérés, et ont vu leur sens profond déformé, par la communauté chrétienne d’abord, et la société de consommation ensuite…

Ces symboles viendront nourrir avec profit la préparation de tous les aspects profanes des cérémonies.

Les lumières et bougies

solstice d'hiver et lumière de bougie

Ce sont les symboles les plus évidents de l’hommage rendu à la lumière de Belenos qui persiste au cœur de l’hiver malgré le raccourcissement des jours.

Les bougies de cire d’abeille, avec leur belle couleur jaune et leur odeur parfumée, sont bien sûr les complices de cette période les plus agréables pour les sens. Mais les bougies plus classiques, grandes et petites, et les sources plus modernes de lumière, comme les guirlandes lumineuses, sont tout aussi à même de participer à l’esprit du Solstice.

Voici un exemple de pratique symbolique à mettre en œuvre dans les foyers la nuit du Solstice d’Hiver, simple et basée sur le sens profond de ce moment fort de l’année solaire. Il ne s’agit pas ici d’invoquer la divinité, ce qui relève de la responsabilité des sacerdotes au sein des cercles sacrés, mais bien d’une pratique familiale relevant du « religieux profane » et venant nourrir la vie de la communauté en marge des cérémonies sacrées.

Prévoir une bougie pour chaque membre de la maisonnée, et une pour Belenos. Au coucher du soleil, saluer le dernier regard de Belenos avant la nuit la plus longue, et allumer la bougie qui lui est dédiée. La disposer dans un endroit « caché », d’où on ne puisse pas voir sa luminosité. Cela peut être par exemple au sein d’un autel dédié exprès à pour Belenos à l’occasion du Solstice. Puis, une fois la nuit bien noire, éteindre toutes les sources de lumière (y compris le feu du foyer), méditer ensemble sur cette apogée de la saison sombre, accueillir l’obscurité nécessaire, douce et bienveillante. Et au bout d’un moment, au sein de cette nuit profonde, aller chercher et découvrir la lueur de Belenos, révéler à tous comment elle demeure vivace au cœur de l’hiver, bien qu’affaiblie, amoindrie. Prendre le temps de la chercher en soi, en son propre cœur, prendre conscience de la « graine d’or » qui demeure toujours, inaltérable, au fond du chaudron sombre de l’hiver. Honorer Belenos, le remercier pour ce présent et faire offrande, avec simplicité et humilité. Et enfin, grâce à cette lueur chaude et vive, rallumer d’abord le feu du foyer, puis la bougie de chaque membre de la maisonnée, bougie qu’il pourra garder à ses côtés tout au long de la soirée de fête, pour éclairer la table, puis pour illuminer doucement la maison jusqu’au lever de Belenos. Il sera alors temps d’honorer à nouveau la glorieuse radiance de cet Aîné, qui va désormais aller grandissant jusqu’au Solstice d’Été.

La célébration de l’arbre toujours vert

solstice d'hiver - houx

 

Symboles d’espoir de la végétation qui demeure vivace alors même que les autres végétaux perdent leurs feuilles, les arbres à feuillage persistant (tels que sapins, pins, houx, ifs…) ont à ce titre une place particulière dans la décoration et les pratiques profanes du Solstice d’Hiver.
Néanmoins, le respect dû à ces êtres comme à tous les autres fait qu’il n’est pas juste de les couper pour le simple plaisir de décorer nos intérieurs.
Si l’on souhaite les honorer pour l’espoir que leur feuillage vert nous inspire, le mieux est d’aller leur rendre visite et les décorer dans leur milieu naturel (avec des éléments biodégradables et non durables, bien sûr). Si l’on veut en avoir un près de son foyer, le mieux est alors de le planter dans son jardin (dans ce cas on peut utiliser des décorations classiques).
Par ailleurs, en remplacement ou en complément de ce qui vient d’être évoqué, si l’on souhaite associer ce symbole à l’embellissement de son foyer à cette période, le plus juste est d’utiliser un substitut artificiel (même si cela part d’une bonne intention, les résineux en pot ne survivent pas en général à plusieurs semaines dans un environnement chauffé en intérieur). Dans ce domaine, il existe une très grande variété de produits dans le commerce, qui ont l’avantage d’être durables et réutilisables si l’on en prend soin, ou de projets à mettre en œuvre (feuilles de houx en feutre sur la table, sapin en carton…).

La bûche

solstice-hiver-bûche-tradition-druidique

Le bois que l’on partage avec ceux qui en manquent pour nourrir le feu de leur foyer au cœur de l’hiver est un symbole fort de solidarité : chaleur et lumière en devenir offerts avec générosité, d’abord par les êtres végétaux désincarnés, ensuite par les membres de la communauté qui en ont fait provision.

Il est bon de se souvenir de ce sens premier du symbolisme de la bûche du Solstice d’Hiver lorsque l’on prépare un dessert qui en a la forme ou que l’on décore de vraies bûches ou branches pour orner la table, offrir à ses proches, ou encore placer autour du feu communautaire ou amener en offrande à Belenos lors de la célébration sacrée menée par les sacerdotes.

Respect du monde végétal

De manière générale, il est bon de se rappeler que prélever des éléments végétaux sur les plantes vives doit se faire avec parcimonie et en conscience : la coupe des extrémités des branches ou des fleurs ne mettra pas en danger la vie de la plante, mais ne dispense pas d’une demande respectueuse et de remerciements sincères. Dans l’absolu, si l’on souhaite enrichir d’éléments naturels la décoration de son foyer, il est plus juste de s’en tenir aux feuilles, branches et fruits naturellement tombés à terre, ou alors de solliciter l’approbation des Aînés maîtres du monde végétal : Aesus et Airmid, par l’intermédiaire des sacerdotes (Ovates ou Prêtres).

barre-awen-tribann-odd

Fêtes d’Omnia Roues 3/4 et du 1er Solstice d’Hiver Roue 4

Une période de fêtes druidiques est un moment vécu de manière très forte par ceux portés par leur foi et ceux en quête de reliance et de sens. L’instant qu’a constitué le passage de la Roue 3 à la Roue 4 a été exceptionnellement intense et d’une qualité très sombre, car Omnia a été au plus près du Solstice d’Hiver, dont la célébration a ouvert la Roue 4. Retour sur ces moments de reliance et de fête. Par Yavanna.

Fête des Ovates

Échanges feutrés au cœur de l’intimité du Bosquet des Ovates, discussion au pied d’un if accueillant, hommage rendu à Sucellos et Maïwena. Cette Roue la fête des Ovates fut sous le signe de la simplicité et de l’écoute, terreau fertile de l’humilité indispensable à cette posture sacerdotale…

Bougies Omniales

Une fois tous les préparatifs nécessaires effectués, cercles ouverts et esprits tendus vers la subtile manifestation du sacré, alors fidèles comme invités purent accueillir le Temps Hors Du Temps sur les hauteurs d’AelYs, face à la Baie comme à la Terre des hommes.


Et là furent allumées les bougies omniales qui accompagnèrent chacun tout au long de ce Temps hors du calendrier jusqu’à la cérémonie de Lune Noire…

Lune Noire

Apaisement du froid autour du feu des hommes,
Ouverture des êtres qui saluent la puissance d’Ogmios,

fête d'Omnia - feu
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Apaisement des relations dans l’hommage aux Ancêtres,
Ouverture des Portes par le marteau du Passeur Sucellos,

Fête d'Omnia
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Apaisement des émotions par la transformation,
Ouvertures des failles au fond du Chaudron.

Fête dans le Temps Hors du Temps
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Fête d’Ahès

Hommage vibrant des vivants à la Maîtresse des Arts Magiques en relation avec l’Autre-Monde et l’état de Mort :

Cris dans la nuit et ronde autour du feu,
Appel de l’Aînée sous les obscurs cieux,

Fête d'Ahès et feu d'Ahès
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Bénédiction de la sombre Dame,
Transformation du feu en magique Flamme,

Fête druidique et dévotion de l'ovate
Photo de Aurélie Scouarnec (soumise à droits d’auteur). Avec son aimable autorisation.

Présences multiples, regards attentifs,
Depuis le cœur du cercle jusqu’aux confins de l’if…

Solstice d’Hiver

Saluer le Premier Regard de Belenos et sentir le Temps reprendre sa course avec une nouvelle Roue qui commence…


Honorer le Rayonnant Bel sous la voûte de Neved…

fête druidique - solstice d'hiver
Photo : Elanor P.

Entendre de l’Aîné aux Étoiles l’annonce d’une nouvelle Ère,
Sous le signe énigmatique du Serpentaire…

Retour sur le Solstice d’Hiver de la Roue 3

Dans le silence feutré et ouaté de brume de la nuit la plus longue de l’année solaire, au sein de l’écrin accueillant de la clairière du Tertre, sacerdotes, membres et invités de l’Ordre Druidique de Dahut se sont retrouvés au soir du Solstice d’Hiver pour honorer Belenos.

Cercle restreint et feu couvant, ce fut une célébration marquée du sceau de l’intime, à l’image de la lanterne figurant la flamme dévorée puis rallumée, passant de main en main pour unir le cercle des humains…

Belenos lumière du solstice d'hiver

Pour commencer le cœur de la cérémonie, après l’allumage du feu central, fut évoquée la présence de Chor’l, le Loup Noir qui dévore peu à peu la lumière à l’approche du solstice d’hiver.

Ensuite vint le temps de l’invocation de Belenos, qui a honoré de sa présence les croyants réunis pour lui faire offrande. Au cœur de la nuit noire, il a rappelé la permanence de sa lumière et de son amour glorieux pour tous les vivants, malgré tous les dévoreurs et la froidure. Il a appelé chacun à contacter et chérir la graine d’or inaltérable, ressource propre de tous les êtres, vers laquelle se tourner tant comme refuge ultime que comme base pour la connaissance de soi et la construction de son projet de vie.

solstice d'hiver druidisme

Chacune des personnes présentes a pu confier au feu sa branche ou sa bûche, brute ou décorée, incarnation de son offrande au dieu Bel mais aussi contribution au feu du foyer qui rassemble les hommes et les invite à créer entre eux cette chaleur humaine, celle de la communauté des êtres, que Belenos a salué et incité à cultiver également, rappelant que même lorsque le feu « extérieur » fait défaut, le feu intérieur de la solidarité et de la foi est toujours là pour animer et réchauffer les hommes.

Puis le fruit du Soleil fut partagé, cadeau du monde végétal autant que de l’énergie de Bel. Les morceaux juteux gorgés de vie emplirent chacun de force et de santé et Belenos y associa directement sa Bénédiction, conjuguée à celle des divinités des cieux, pluie douce et fraîche, avant que ne soit close cette célébration en son honneur.

repas païen du solstice d'hiver
Photo : Enora LB.

Enfin, après avoir subi avec courage les rigueurs de la cérémonie en extérieur, ceux qui le souhaitaient se sont retrouvés au chaud pour partager un repas organisé par le comité des fêtes d’Arantelle : depuis le pain surprise jusqu’aux chocolats, autour d’une décoration de saison, ce fut une bien agréable manière de mettre en pratique les conseils du dieu solaire !

Solstice d’Hiver Roue 2 : cérémonie

brumes du solstice d'hiver

Brumenn ha sklerijenn a dreuz ar Menez Sakr.

Le Solstice d’Hiver de la deuxième Roue était invitation à se perdre, pour se retrouver autour du feu fraternel des hommes. Un Tertre envahi par une brume totalitaire, des frontières avec le Sedon presque effondrées et la puissance de Belenos qui rayonna dans une nuit profonde, froide et humide. Chor’l, le glouton, s’est endormi repu des dernières étincelles de lumière et celle-ci s’est remise à croître.

nuit du solstice d'hiver-cérémonie druidique
Photo : Belen Faouenn d’Ahès

Solstice d’Hiver : la nuit est tombée. La quarantième journée du Premier Grand Quartier de la Roue 2 a commencé.
Perdus dans un dédale forestier entrelacé de brume, de pluie et de vent glacial, les sacerdotes de l’Ordre se sont retrouvés avec leurs invités sur le Tertre, en Neved, pour honorer Belenos comme il se doit et déposer la bûche dans le feu fédérateur des hommes de Neved, Tanna : cérémonie forte qui embrasa les cœurs et inspira l’esprit et le corps.

Solstice d'hiver - prêtre du Grand Cornu devant le feu
Le prêtre du Cornu devant le feu

Gloire à l’Aîné rayonnant qui retrouve de sa force et de sa propulsion !
Gloire à Cernunnos qui arpente les Intermondes
Et qui remonte à présent chaque jour un peu plus vers la surface du Monde Vivant !
Sur le Tertre, la présence du Cornu est plus que palpable,
Elle est viscérale !

Et le feu de la Vie grandit à présent jusqu’aux horizons de Brigia.

 

L’Ordre Druidique de Dahut vous souhaite un joyeux Solstice d’Hiver.

 

Fête d’Ahès et Solstice d’Hiver Roue 1 en AelYs

Couleur de la Souveraine et feu de la Dame de l’Autre-Monde, pour marquer du sceau des trois Gardiennes réunies les foyers sacrés enfin libres et indépendants…

Sceau des Gardiennes d’AelYs dans le foyer d’Ahès, au tout début de son embrasement, vu depuis le sud-est.

Tout d’abord dans le foyer de l’Aînée Ahès, honorée également en ce jour de lune noire pour sa fête, puis dans celui de sa fille bien-aimée, la fière Dahut.

Sceau des Gardiennes d’AelYs dans le foyer de Dahut, autour du chaudron soumis au brasier contenu par le foyer aux écailles de Dragon, vu depuis l’ouest.

Ainsi fut fêté l’anniversaire de la première fondation d’AelYs, et affirmé sa renaissance, phare et lanterne sur les terres, aspirant à rayonner et enseigner… inspirée par et au service des Dieux et des Déesses.

Ensuite fut venu le temps, autour du chaudron rougeoyant dans les flammes du brasier, d’appeler et d’honorer le puissant Belenos, par des offrandes et des chants, à l’occasion du solstice d’hiver.

Évocation de ce moment extrême du cycle solaire, où l’infime graine d’or tout au fond du chaudron de la nuit la plus longue luit avec d’autant plus de force que l’obscurité de la saison sombre est puissante…

En AelYs à cette saison, autour de ses épines toujours vertes, s’épanouit la délicate fleur de l’ajonc, dont le jaune lumineux enchante les yeux et nous rappelle que le brasier de Bel, toujours renaissant, est prêt à grandir en nos cœurs ! Soyons infiniment reconnaissants à l’Astre éclatant de ce présent d’espoir et de chaleur, de lumière intérieure.

Cette lueur qui, aussi faible qu’elle paraisse, jamais ne s’éteint, sachons la cultiver, la chérir et la nourrir en nous, la parer d’harmonie et de beauté comme nous décorons la bûche qui nourrit le feu de nos foyers…

Ainsi furent honorés tant la grande et sombre Ahès que le puissant et lumineux Belenos !

Solstice d’Hiver Roue 1 en Neved

Neved a fêté le Solstice d’Hiver de la Roue 1 en tant que pagus régénéré, nouvellement indépendant, œuvrant avec exigence au nom des Divinités dans l’Ordre Druidique de Dahut. En voici une rapide évocation.

Roue d’un nouveau commencement

C’est dans la paix et la douceur du feu protecteur des Hommes : le Tanna que tout se mit à vibrer dans les clairières de Neved. En la clairière du Tertre : trois feux dansants, nourris de la bûche. Gardiens et Dieux protecteurs du pagus rassemblés pour œuvrer dans le cercle.

Hommes, femmes, enfants, à l’écoute, cœurs flamboyants. Kernunos puissant et altier a veillé. Et Chor’l, le grand loup noir glouton, a commencé à sombrer dans le sommeil à l’heure où l’étincelle divine de Belenos a repris de sa puissance.

Roue 1 clairière druidique

Nouvelle fondation dans la Terre. Paroles d’amour envoyées dans l’Éther. Et hommage sur le Tertre à la puissante Ahès, maîtresse des Arts magiques dans l’Autre-Monde, a été rendu en ce jour de lune noire.

Roue 1 - bûche du solstice d'hiver
Bûche du Solstice d’Hiver