Accueil » Fêtes et cérémonies druidiques

Les fêtes calendaires sacerdotales qui jalonnent la Roue

La fête druidique de Samonios, Samain

Omnia (anciennement Samonios)

Sous ce vocable, nous entendons l’ensemble des célébrations qui marquent la fin d’une Roue et le début de la Roue suivante, autour du « Temps hors du Temps » entre les Roues successives.
Il y a donc en réalité trois groupes de cérémonies, dont un, central, qui a lieu hors du temps, et qui n’apparaît donc pas dans le calendrier druidique*.
Du point de vue profane*, Omnia est la fête de la désincarnation, du passage vers l’état de Mort, un temps pour honorer la mémoire des ancêtres.

Concernant la classe sacerdotale* et les moments sacrés*, les cérémonies de fin de Roue comprennent notamment :

  • la fête des Ovates (dont l’hommage à Zukellos et Maïwena) ;
  • le passage dans les foyers du Chaudron qui recueille ce que chacun ressent nécessaire de laisser derrière soi à l’approche d’une nouvelle Roue ;
  • la préparation du « Temps hors du Temps » par une remise en ordre par les Ovates de ce qui revient à chaque monde.

Le « Temps hors du Temps » s’ouvre par l’hommage rendu à Ogmios, puissant Aîné, Maître du Temps.
Est organisé ensuite, entre autres, le passage dans les foyers des Ovates, pour allumer la bougie, symbole de l’ultime lueur autour de laquelle se retrouver dans ce moment suspendu, et dont la lueur va peu à peu diminuer, son extinction avant le rite principal indiquant que les morts ont quelque chose à dire et qu’il est bon d’aller au rituel pour entendre leur message.
Enfin la célébration principale comprend l’ouverture des Portes de l’Autre-Monde, l’hommage rendu aux morts de la Roue et aux ancêtres, l’effondrement de la frontière entre les deux Mondes, l’ultime recueil et transformation dans le Chaudron des scories de la Roue passée par Dahut et Keriwena, ainsi que enfin l’accueil du feu d’Ahès pour la nouvelle Roue.

Les cérémonies du début de la Roue sont marquées notamment par la salutation du Premier Regard de Belenos et le portage du feu d’Ahès pour la Nouvelle Roue dans les foyers par les Ovates, avant que les fêtes profanes* communautaires célébrant la joie du renouveau de la Roue ne commencent.

En marge de cet ensemble de cérémonies, sont également susceptibles de se dérouler des rites initiatiques réservés à la classe sacerdotale*.

Brigia (anciennement Imbolc)

Cérémonie druidique d'Imbolc avec le talisman de Brigit/Brigindo

Du point de vue profane*, Brigia est une fête de l’état de Vie en victoire, au regard de l’état de Mort. La scission entre ces deux états et les deux Mondes est alors la plus grande.

Concernant la classe sacerdotale* et les moments sacrés*, les célébrations de Brigia comprennent notamment :

  • Les honneurs rendus à la Déesse protectrice Brigantia, qui porte l’eau de lumière et la flamme créatrice. Cet hommage est notamment l’occasion de la bénédiction des Croix de Brigantia, talismans pour la protection des foyers contre les êtres désincarnés qui ne sont pas en paix.
  • La fête des Bardes, sous le patronage de la Déesse Brigantia. C’est ainsi le temps du renouvellement des structures de l’ODD dirigées par les Bardes et de la présentation des nouveaux Bardes apparus durant la dernière Roue au cours d’une fête ouverte au public dite « Exaltation bardique ».
  • La purification par le feu de Brigantia des forgerons et autres artisans qui utilisent ce feu (joailliers, maréchaux-ferrants, souffleurs de verre, etc.), artisans dont c’est aussi la fête.
  • Le rituel de l’Ouverture à la Vie : bénédiction des nouveaux-nés animaux de la dernière Roue par Kernunos, des jeunes plants par Esus et Airmid.
  • L’organisation de cérémonies d’accueil des eaux dans les bassins fraîchement nettoyés des sources et fontaines, avec une possibilité de lustration des personnes selon les besoins.
  • La mise en œuvre par les Prêtresses de Dahut, dans les pagus où elles sont présentes, de la Bénédiction par l’Eau des Étoiles.

Dagdia (anciennement Beltaine)

Chêne glorieux de Beltaine

Du point de vue profane*, Dagdia est la fête de l’incarnation, du passage vers l’état de Vie, un temps pour honorer les Êtres nouvellement conçus. Fête de la sexualité, entremêlant Vie et Mort à nouveau dans une grande proximité, Dagdia est aussi le temps de la célébration de l’attraction au sein des mondes et notamment de son expression par l’Amour entre les Êtres.

Concernant la classe sacerdotale* et les moments sacrés*, les cérémonies de Dagdia comprennent notamment :

  • L’hommage rendu à la Déesse Aînée Aliya.
  • Le passage entre les feux des Aînés amants et rayonnants : Belenos et Belisama.
  • La célébration du Feu de la Vie et de l’accueil du serpent.

Sont également organisés, selon les besoins, à ce moment :

  • La purification du bétail et des animaux domestiques entre les feux par la Prêtrise de Kernunos,
  • La célébration du rite initiatique de passage de la « Cérémonie de l’allumage des feux de Bel »,
  • Les célébrations de Bénédiction de l’Amour entre les Êtres.
  • Les rituels de Conception avec Sukelos et de Protection des femmes enceintes par Belisama, qui veille au processus de gestation.
  • Les cérémonies de rupture de filiation judaïque à la conception.
  • Les honneurs à Ahès, en tant que Déesse protectrice de la famille.

Les célébrations de Dagdia comprennent enfin la fête des Druides, sous le patronage du Dieu Dagda, Dieu en lien avec les sciences et la raison. C’est ainsi également le temps du renouvellement des Druides supervisant certaines structures de l’ODD.

Lughia (anciennement Lughnasad)

Voie Rouge

Lughia est la fête de la prédominance de l’état de Mort sur l’état de Vie.

Elle s’exprime d’une part dans la lutte, le courage et le dépassement de soi jusqu’aux limites de l’état de Vie. C’est ainsi la fête des Gardiens et de la Voie rouge, sous le patronage de la Déesse Morrigana, ce qui comprend notamment le moment de la désignation – à la suite des jeux et des concours sportifs – de la nouvelle Première Tresse dans la région cœur de l’ODD, en AelYs, et les hommages rendus dans chaque pagus par les Clairions à leur Déesse patronne.

D’autre part, elle célèbre le passage de l’état de nature à l’état de culture, c’est-à-dire la transformation des éléments de la Nature (éléments du Panthéon de la Terre : roches, métal, argiles, etc. ; et êtres vivants : animaux, végétaux, champignons) par les êtres doués de culture, ce qui suppose le sacrifice de la Vie pour la Culture. C’est la raison pour laquelle Lughia est fête des artisans, des techniciens et des ingénieurs, sous le patronage de Lugh aux multiples Arts et Techniques et sous le regard attentif au respect des équilibres de la Déesse Talantio.

Les cérémonies sacrées* principales comprennent ainsi notamment :

  • Les honneurs rendus à Morrigana,
  • Les honneurs rendus à Lugh,
  • Les honneurs rendus à Talantio,
  • Les honneurs et les offrandes des artisans auprès des divinités du Panthéon de la Vie et du Panthéon de la Terre, en remerciement pour le sacrifice des êtres sous leur protection.
  • Les honneurs et les offrandes auprès du Panthéon de l’Autre-Monde pour l’accueil des êtres sacrifiés.

Est organisée également selon les besoins à ce moment la célébration du rite initiatique de passage de l’Âge de la Maturité.

Lughia est enfin d’un point de vue profane* le temps des foires artisanales, des débats politiques, des joutes et des jeux, des représentations bardiques au cours des fêtes.

barre-awen-tribann-odd

Gloire à Bel, Belen, Belenos !
L’Année solaire et ses rythmes : les fêtes saisonnières

L’Année solaire est scandée par quatre fêtes saisonnières principales, les équinoxes et les solstices, dédiées à l’Aîné Belenos, dont l’une des expressions dans notre monde, le rayonnement de l’étoile Soleil, croît et décroît entre deux solstices d’hiver.
Une année solaire est constituée d’une saison sombre et d’une saison claire, séparées par des moments de transition :
La saison sombre, qui bat son plein au solstice d’hiver, est un temps de ralentissement pour les Êtres gouvernés par le Panthéon de la Vie : animaux, végétaux, champignons ; un temps d’introspection, voire de sommeil.
La saison claire, qui exprime sa pleine énergie au solstice d’été, est une période d’ouverture, de dynamisme, d’activités, de créations et d’incarnation des projets.

Les Équinoxes

Les Équinoxes sont les moments de passage entre les saisons de l’année solaire.
L’Équinoxe d’Automne ouvre la porte de la saison sombre et signe la fin des derniers engrangements avant l’hiver.
L’Équinoxe de Printemps ouvre la porte de la saison claire, en annonçant renouveau, retour des activités du vivant et ouverture de la Nature.
Ce sont des temps d’équilibre et de transition, instants où l’Aînée Keriwena se tient devant les hommes pour les accompagner durant cette période de bilan (bilan de la saison claire pour l’Équinoxe d’Automne et bilan de la saison sombre pour l’Équinoxe de Printemps).

Les Solstices

Ils sont les moments d’acmé des saisons de l’année solaire.
Le Solstice d’Hiver marque donc l’apogée de la saison sombre, et le Solstice d’Été celle de la saison claire.
Le Solstice d’Hiver est lumière au plus bas, un temps de descente en soi-même, de recentrage, de mort et de renaissance en lien avec le soleil qui suit le même principe.
Le Solstice d’Été est lumière du feu et accueil des fortes chaleurs, un temps d’exaltation et de fougue, d’énergies déployées au plus haut, faisant rayonner le feu des êtres.

Autres fêtes saisonnières

Dans chacune des régions, pagus* et clairières, différentes fêtes peuvent être organisées pour célébrer, remercier et faire offrandes aux divinités à des moments de l’année solaire correspondant à des événements dépendants du lieu géographique, comme les différentes moissons, récoltes, cueillettes, ou encore les labours, semailles, éclosions de certaines plantes, naissances des animaux, etc.
Ainsi par exemple les fêtes agricoles où l’on honore Rosmerta sont multiples et ne sont pas nécessairement organisées aux mêmes moments dans tous les pagus*.

barre-awen-tribann-odd

Rayonnement sur la terre sacrée

Fêtes des Dieux et des Déesses

La plupart des divinités a, au cours de la Roue, une fête qui lui est dédiée, dont la date est déterminée par les rythmes conjoints de Belenos et Belisama, et qui est commune à l’ensemble des régions et pagus*.
Au regard des informations reçues à ce jour par les sacerdotes* de l’ODD, sont pour le moment déterminées les dates des fêtes de Ahès, Keriwena, Aesus, Airmid, Kernunos, Dahut, Brigantia, Morrigana, Lugh, Dagda et Ardianna.

Considérons cependant quelques cas particuliers :

  • Les Aînés qui rythment les fêtes sont bien entendu des cas particuliers. Ainsi, Belisama est honorée tout particulièrement lors des quatre grandes fêtes calendaires sacerdotales* (Omnia, Brigia, Dagdia et Lughia), dont elle détermine la date à elle seule. Et Belenos est honoré selon un cycle de quatre fêtes également, les équinoxes et les solstices, déterminés par l’évolution de la réception de la lumière de l’étoile Soleil par notre monde.
  • Par ailleurs, l’Aîné Taranis est honoré à chacune de ses manifestations célestes (orages) par les sacerdotes en étant les témoins, de même que les divinités régnant sur les fleuves et les rivières sont honorées selon leur cycles propres dans les régions et pagus concernés.
  • Enfin, certains Aînés, comme Ogmios, Zukelos et Maïwena, sont fêtés à des dates fixés sur des cycles plus larges que la Roue.

Éclipses

Les éclipses, solaires comme lunaires, sont également inclues dans le calendrier des célébrations païennes*. Ce sont avant tout des fêtes de la danse d’attraction de Belenos et Belisama, et une occasion de plus d’honorer ces deux grands Aînés.
Elles peuvent également être l’occasion de cérémonies particulières selon les pagus*. Ainsi, les éclipses lunaires sont en AelYs un temps possible pour l’expression de la Danse de Dahut et Ahès.

barre-awen-tribann-odd
* Les termes marqués d’un astérisque font l’objet d’une notice dans le lexique.

HAUT DE PAGE