Accueil » Actualités

Catégorie : Actualités

Pour la liberté de la presse et l’apprentissage de l’acceptation de la caricature

L’Ordre Druidique de Dahut souhaite réagir aux propos de certains dignitaires de l’église catholique qui veulent revenir sur la liberté de critiquer et de caricaturer, partie intégrante de la liberté d’expression.

Ils semblent en effet croire, et faire croire, que reculer sur cette liberté fondamentale en rétablissant le délit de blasphème (qui a été abrogé en France en 1881 dans la loi relative à la liberté de la presse) ferait baisser les tensions actuelles, que masquer les caricatures religieuses ferait disparaître les problèmes dans les relations entre les membres des différentes communautés religieuses, les athées et les agnostiques.

Or nous pensons pour notre part, bien au contraire, que la liberté d’expression pleine et entière est le meilleur terreau pour la paix sociale, et qu’apprendre à tous à accepter la critique, l’ironie, la caricature, est la vraie solution pour que ce problème cesse. Car ce problème ne vient pas des auteurs des caricatures, mais du manque d’éducation et d’entièreté des personnes qui s’en offusquent.

Lorsqu’on est bien droit dans ses convictions, juste et entier, qu’on a confiance en soi, on est à même de recevoir le jugement et la critique avec détachement. Celle-ci glisse sur la sphère de l’entièreté sans rien accrocher… Alors qu’elle vient heurter toutes les aspérités qui dépassent chez ceux qui ne sont pas entiers (peurs, doutes, frustrations…).

Ainsi, dans le domaine religieux, certains sont enfermés dans des dogmes sclérosants qui déchainent des passions et des réactions disproportionnées, alors que d’autres sont alignés avec une foi profonde et vivante, cultivent ouverture et compréhension, s’ouvrent à l’altérité et à la pluralité du monde, et sont alors en capacité d’accepter la critique sans affect.

Communiqué en réaction à l’assassinat du professeur décapité

À l’annonce de l’assassinat de ce professeur d’histoire, décapité hier à Conflans-Sainte-Honorine, l’Ordre Druidique de Dahut souhaite tout d’abord exprimer tout son soutien à sa famille et à ses proches.

Mais cet évènement tragique nous amène également à rappeler à quel point nous dénonçons toute atteinte aux personnes en raison de leur manifestation de la liberté d’expression.

Et ce d’autant plus qu’ici cette personne avait notamment pour fonction, au travers de sa charge de professeur, de transmettre la notion de liberté d’expression, au même titre que celle de croire ou de ne pas croire.

Respect des libertés, respect des enseignants : cet assassinat est donc doublement emblématique des atteintes aux valeurs humaines et républicaines qu’il nous appartient plus que jamais de respecter et faire respecter, nous citoyens français désireux de vivre ensemble.

En réponse aux annonces sur le « séparatisme islamiste »

Communiqué en réaction au discours du Président de la République à propos des annonces sur le « séparatisme islamiste »

Oui à une laïcité renforcée

L’Ordre Druidique de Dahut salue le rappel que le Président de la République a fait de la définition de la laïcité, à savoir : la « liberté de croire ou de ne pas croire, la possibilité d’exercer son culte à partir du moment où l’ordre public est assuré » et « la neutralité de l’État » et surtout la mention du fait que « en aucun cas » elle ne suppose « l’effacement de la religion dans la société et dans l’espace public ». Cela rejoint en effet la vision « ouverte » de la laïcité que nous défendons dans notre Manifeste sur la laïcité.

Nous partageons son souci de préserver la cohérence de la France comme République des peuples unifiée autour de principes et de valeurs fondamentaux, comme le respect de la dignité humaine, l’égalité entre les hommes et les femmes, le respect des Lois, la liberté d’expression et de conscience…
Nous pensons comme lui qu’une laïcité bien orchestrée peut avant tout être un vecteur de connaissance mutuelle, de respect et un « ciment de la France unie », et que loin d’être le problème, elle est, au contraire, la solution.

Nous soutenons donc son projet de loi visant à renforcer la laïcité et à consolider le « projet républicain », tout en restant dans l’attente des détails de son élaboration.

Non aux familles amalgamées

Nous regrettons seulement la mesure sur la transformation de l’obligation d’instruction en obligation de scolarisation. En effet, même si nous comprenons les raisons qui en ont été à l’origine (déjouer les déscolarisations pour refus d’acceptation des valeurs républicaines et en vue d’endoctrinement), nous pensons que cette mesure va pénaliser inutilement des enfants et des familles qui souhaitaient notamment respecter les rythmes et les besoins d’enfants différents, tout en respectant la République et ses principes.
Et ce d’autant plus que le Président de la République a montré sur la question du voile qu’il était tout à fait capable de comprendre les problèmes que suscitaient l’amalgame entre le port du voile par une femme libre et citoyenne, et par une femme militante qui en fait le reflet d’un projet de séparatisme politique. Il ajoute même à ce sujet : « Je ne peux pas m’attaquer à ça par une loi qui toucherait les deux, parce que ça ne serait pas juste. »
Or, de notre point de vue, c’est pourtant exactement ce qu’il s’apprête à faire pour l’Instruction en Famille.

Pour une considération du Druidisme

Les mesures d’ors et déjà annoncées pour le soutien au développement et à la structuration en France d’un « Islam des Lumières » nous paraissent par ailleurs pouvoir tout à fait être transposées à la religion polythéiste druidique. Le souci d’avoir un interlocuteur institutionnel responsable, des sacerdotes professionnels et dont l’institution religieuse se porte garante, et de soutenir la recherche universitaire est en effet partagé aussi bien par l’Islam que par le Druidisme en tant que religion polythéiste européenne.
Nous nous proposons volontiers comme l’interlocuteur naturel de l’État dans cette démarche. Nous avons d’ailleurs déjà fait des démarches en ce sens, et restons dans l’attente de réponses des autorités compétentes.

Si, messieurs-dames de la Gorsedd, le druidisme est bien une religion !

Gorsedd druidisme religion : sujet de l’article
La Gorsedd déclare que le druidisme n'est pas une religion : c'est faux

Par ce communiqué, l’Ordre Druidique de Dahut souhaite interpeller sur les propos tenus par la Gorsedd de Bretagne dans les pages du Télégramme d’hier (dimanche 17 mai 2020 – https://www.letelegramme.fr/histoire/la-gorsedd-aux-sources-de-la-nature-18-05-2020-12553694.php ). Et notamment sur le fait que le druidisme ne serait pas une religion.

Cette assertion ne date pas d’hier, et nous avions déjà publié un communiqué à ce sujet il y a presque cinq ans, dont nous rappelons ci-dessous le contenu :

« En réponse à cet article du Télégramme :
http://www.letelegramme.fr/finistere/brasparts/culture-ceremonie-druidique-dimanche-15-07-2015-10706055.php
L’Ordre Druidique de Dahut ne peut rester sans réagir face à l’image du druidisme que renvoie la Gorsedd de Bretagne. Celle-ci réduit en effet le druidisme dit « d’aujourd’hui » à un ensemble de manifestations culturelles et purement profanes. Elle déclare être une association et non une religion, or nous constatons qu’elle utilise pour désigner ses membres les noms désignant certaines des fonctions sacerdotales (barde, ovate, druide), ce qui porte préjudice aux croyants païens et druidisants et rabaisse la fonction sacerdotale à quelque chose de purement profane. Par ailleurs, elle entérine le druidisme dans le folklore chrétien (référence à la Chandeleur par exemple, réduction de Samonios à la fête des morts) et réduit certaines de ses cérémonies à des représentations culturelles en occultant toute la sphère sacrée et religieuse. Leur cérémonie du Gorsedd Digor semble ainsi correspondre à Lughnasad, même si les dates sont très éloignées des dates fixées par Belenos et Belisama. Or leur descriptif n’évoque aucune des divinités que l’on honore lors de cette célébration (Lugh, Talentio, Rosmerta, Morrigana pour ne citer qu’elles).
Le druidisme d’aujourd’hui existe bel et bien : c’est une religion polythéiste fondée sur une Tradition vivante et toujours renouvelée dont les sacerdotes sont au service des divinités et accompagnent notamment les croyants sur le chemin des valeurs païennes et le respect de tous les êtres. »

Nous n’allons pas répéter les arguments déjà développés alors, qui restent les mêmes face à un discours de la part de la Gorsedd sensiblement identique (si ce n’est sur le nombre des fêtes qu’ils célèbrent dans l’année qui a augmenté entre temps…).

Nous nous contenterons de rappeler ces quelques points essentiels :

  • Le druidisme est bien une religion, la religion polythéiste européenne.
  • Or la Gorsedd n’est pas, de son aveu même dans ces articles, une institution religieuse, mais une association, notamment philosophique et culturelle.
  • Ainsi, du fait même qu’il reconnaisse ne pas être religieux, la Gorsedd ne saurait s’arroger le droit de parler au nom du druidisme.
  • Or il existe bien une institution religieuse druidique : c’est l’Ordre Druidique de Dahut. Et nous sommes prêts à répondre à toutes les questions que les journalistes se poseront sur le druidisme.

Encore faut-il pour cela que les journaux qui les emploient ne pratiquent pas, à l’instar de Ouest-France en octobre dernier (cf notre article : https://www.druidisme.fr/discrimination-journal-ouestfrance-communique/ ) une auto-censure contraire au code de déontologie journalistique…

Fête de la Désincarnation fin de Roue 5 – début de Roue 6

La Fête de la Désincarnation, Omnia, traverse l’hiver au passage de la Roue 5 à la Roue 6. Temps d’introspection, de silences et de lente descente dans la nuit de l’âme. De Lune Pleine du Chaudron à la Lune Noire, voici résumés les grands moments de cette période : la fête de Mélusine, les Bougies Omniales et enfin la cérémonie d’Omnia au cœur du Temps Hors du Temps. Par Yavanna.

Fête de Mélusine

Bien que le temps long d’Omnia soit ouvert dès la Pleine Lune du Chaudron, la fête de Mélusine, qui a lieu lors du dernier quartier qui précède la Lune Noire du Temps Hors du Temps marque le début des célébrations proprement dites.

Dans son foyer de Neved, la noble Serpente Mélusine, Gardienne de la Vitalité et de l’Intégrité et patronne des Soignants, fut honorée par une assemblée concentrée et réceptive. Ce fut l’occasion de consacrer ce lieu, et les offrandes de la cérémonie vinrent parachever le processus…

Offrande d’Ovate pour la Serpente sur la pierre qui relie à l’énergie des eaux souterraines…

L’eau ancra la pierre dans la terre. Et la Déesse, également protectrice des eaux souterraines, émit à l’intention des personnes présentes un appel qui ne fut pas sans écho dans les jours qui suivirent…

Bougies omniales

Préparé cette Roue par un recueillement intériorisé dans une ambiance méditative, l’allumage des bougies omniales fut au final l’occasion d’une belle procession de lumières dans le crépuscule, alors que s’ouvrait le Temps Hors du Temps.

L’Ovate concentrée mène la méditation guidée…
Recueillement sur la Graine d’Or en soi avant l’allumage des bougies omniales.

Cérémonie d’Omnia, fête de la Désincarnation

La cérémonie principale déroula le lendemain avec fluidité ses différentes phases, depuis l’ouverture par les prières collectives…

Fête de la Désincarnation : cercle druidique de cérémonie avec un druide, une ovate et des fidèles
Cascade d’Awen après la prière druidique.

En passant par les hommages à Ogmios, l’entretien avec le Cornu, les hommages aux disparus, la confrontation à l’Autre Monde pour ceux qui le souhaitaient.

Fête de la Désincarnation : le prêtre du Cornu tend la flamme de Cernunnos à une fidèle.
La flamme sombre de Cernunnos

Fête de la Désincarnation : Druide devant le feu d'une cérémonie druidique

Puis ce fut l’arrivée des sacerdotes venus d’AelYs, précédant de peu le souffle d’Ael et les nuages d’Océane porteurs de l’effondrement des portes. Alors vint le temps de l’ultime recueil dans le Chaudron, et de la transformation ou pas par Keriwena et Dahut de ce qui avait été déposé en fonction de ce qui était juste pour les Êtres.

Dépôt par un fidèle dans le Chaudron tenu par Yavanna, Prêtresse de Dahut.

 

Le Prêtre Belen Faouenn d’Ahes œuvre avec le Chaudron.

Au final, comme toujours, après l’extinction de tous les feux, la flamme d’Ahes pour la nouvelle Roue vint ouvrir dans l’obscurité les prémisses de l’espoir que ralluma définitivement la salutation au matin du premier lever de Belenos sur la Roue 6.


L’article Fête de la Désincarnation fin de Roue 5 – début de Roue 6 est terminé. N’hésitez pas à le partager.